Domination, Soumission et Plaisirs

Domination, Soumission et Plaisirs

Mes récits et fantasmes... vécus ou imaginaires...


Récit d'une rencontre... écrit à 4 mains

 

Depuis quelques semaines, j’échange de longues discussions avec une femelle déjà évoquée au travers de « mon journal personnel »…
Je lui ai demandé récemment de rédiger un texte évoquant notre 1ère rencontre et son initiation, selon son imagination mais aussi ses attentes, ses fantasmes ou ses craintes…
Elle a accepté, tout en me demandant que nous écrivions cette histoire – pour l’instant totalement imaginaire – « à 4 mains », rédigeant chacun son tour un nouveau paragraphe, dont voici le résultat… Clin d'œil
 

 

Après un dernier verre et une agréable après-midi en sa compagnie, il me raccompagne à ma voiture. Une dernier cigarette, sans trop d’envie de se dire au-revoir et se séparer… il s’approche de moi et soulève mon menton pour venir m’embrasser...
Toute intimidée par cet acte, je n’ose plus le regarder et mon regard fixe le sol alors que dans la seconde qui suit, il m’attrape par la main en me disant simplement « Suis-moi »...
Sans broncher, je me laisse guider à quelques pas de là, vers l’hôtel que j’aperçois alors qu’il m’accompagne et me guide, sa main sur ma nuque pour me mener jusqu’à la porte d’une chambre.
Une fois arrivés, il me donne quelques directives puis ressort de la chambre alors que sans plus attendre, j’exécute ses ordres…
Une fois entièrement dévêtue, je noue autour de mes yeux le bandeau qu’il a sorti de sa poche quelques minutes auparavant.
Me voilà en position - à genoux au pied du lit - à attendre son retour… pas si patiemment que ça !...

(à suivre…)

De retour dans la chambre, j'observe la femelle dans la position que je lui avais indiquée, contemplant sa nudité, remarquant ses tétons dressés et souriant de la voir tête baissée...
Je lui explique l'utilité d'un « safeword » et lui demande de me faire part du sien, espérant néanmoins qu'elle n'aura pas besoin de l'utiliser...
Après cela, j'ouvre mon coffre à jouets pour en sortir quelques accessoires…
(à suivre…)

Après nous être mis d’accord sur mon « safeword », mon corps et parcouru d’un frisson des plus agréables. Je sens le long de mon dos une douce caresse mais pas des plus rassurantes, ne sachant pas à quoi j’ai à faire !
Je sens l’objet du plaisir remonter à mon cou, puis venir caresser ma joue et me relever la tête alors que j’entends alors sa voix me murmurer de me détendre et de me laisser aller....
Je réponds par un simple ok… un silence, un soupir qui en disent long...
(à suivre…)

A peine eut elle finit de prononcer ce mot dont j'ai horreur que je pris une poignée de ses longs cheveux bouclés pour lui renverser la tête en arrière et lui asséner une gifle non retenue... lui murmurant simplement « on ne dit pas ok, c'est compris cette fois ?... »
Je sortis ensuite les menottes métal de mon coffre et y enserrais ses poignets, alors que je sentais son corps se mettre à trembler et sa respiration s'accélérer...
(à suivre…)

Confuse, c’est un timide « oui » que je réponds…
Cette claque m’a remise à ma place et m’a fait comprendre que je ne devais pas jouer avec lui !
Menottée, je me retrouve face à un homme, un Maître intransigeant. Les règles sont simples, il ordonne et j’obéis !...
Voilà comment je me retrouve debout, face à lui, jambes écartées afin qu'il puisse vérifier une petite chose… et c'est en passant un doigt dans mon intimité qu'il constate effectivement que tout ceci, malgré mes craintes, ne me laisse pas différente…
(à suivre…)

Mes doigts effleurent ses lèvres puis commencent à s'agiter - de plus en plus vite - sur son clito que je sens gonfler. Sa respiration s'accélère, elle commence à haleter et ne peux retenir un gémissement et un sursaut lorsque 2 de mes doigts la pénètrent... enfin !...
Mes doigts la fouillent et en même temps, je continue de jouer avec son clito avec mon pouce...
Je sens qu’elle a envie de se lâcher mais n'ose encore pas car elle me connait si peu !...
J’introduis un 3ème doigt en elle, puis un 4ème... elle a peur que je veuille la fister car elle n’a jamais vécu cela...
Je lui tire les cheveux et murmure dans son oreille... « Je t'interdis de jouir... préviens moi quand tu seras proche de l'orgasme... »
Elle est toute à moi, incapable de se reconnaitre mais répond timidement... « oui Maitre »...
(à suivre…)

Ma peur ce transforme petit à petit en plaisir, je commence à me détendre, à me laisse aller… peut-être même un peu trop…
Le plaisir monte de plus en plus, l’excitation est bel et bien là, tellement là que je ne la contrôle plus et sans prévenir mon maître, je me laisse aller à jouir...
Il s’arrête net et me demande ce que je suis en train de faire et c’est sans savoir ce qui m'attend que je lui réponds que je suis en train de jouir....
(à suivre…)

Je la fixe dans les yeux, la forçant de ce fait à baisser son regard vers le sol. Elle comprend immédiatement qu’elle va probablement être punie pour ne pas avoir su se retenir….
D’une voix grave et autoritaire, je ne prononce que ces quelques mots : « tu vas être punie par là où tu as pêché, j’espère que tu es consciente de mériter cette punition ? »
Elle répond timidement « Oui Maître »…
(à suivre…)

L’ordre résonne subitement à mes oreilles : « Mets-toi à 4 pattes, mains et genoux bien écartés, tête baissée et fesses bien relevées »…
Alors que je m’exécute, je l’entends chercher quelque chose dans son coffre à jouets, ouvrir un paquet alors que mes appréhensions reviennent comme lors de mon entrée dans cette chambre…
(à suivre…)

Mes mains se posent sur ses fesses, les caressent puis les malaxent et les écartent soudain pour introduire un objet inconnu dans son anus. S’interrogeant sur cet objet qui s’enfonce en elle, elle retient un cri de douleur, comprenant subitement que c’est finalement une bougie qui lui déchire la rosette !
Ma voix résonne alors dans les oreilles : « Voilà une situation qui illustre bien que tu as le feu au cul petite chienne ! Serre les fesses car si la bougie en est expulsée avant 10 minutes, je te la ferai nettoyer avec ta langue… c’est compris ? »
Tétanisée et avec l’envie de pleurer, elle répond simplement « Oui Maître »…
(à suivre…)

 


27/07/2016
3 Poster un commentaire

Un cadeau pour Madame... demeurant néanmoins soumise...

La recherche :

Le Maître cherche un soumis masculin ou travesti répondant à des critères strictement définis : il devra être âgé de 30 à 40 ans, expérimenté ou non en matière de trio mais de bon niveau social, sans barbe ni moustache et au torse imberbe et pilosité intime réduite, acceptant de suivre le scénario de la soirée qui lui aura été proposé lors d’échanges par mail avec le Maître… en restant conscient qu’il sera utilisé comme objet par le Maître et sa soumise mais qu’il n’aura aucun rapport avec elle…

 

A tout moment de la soirée, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son « safeword »
et sans avoir à se justifier !
Le soumis aura également fait part de son « safeword » personnel
au Maître et à sa soumise…

 

 

Scénario de la soirée : 

Madame et son Maître se rendront à l’hôtel choisi pour cette expérience. Le soumis sera déjà dans la chambre, en lingerie ou entièrement nu et les yeux bandés, à genoux sur le sol, cuisses écartées et mains derrière la tête.
Le bandeau servira à préserver le mystère et l’excitation entourant le déroulement de la suite de la soirée… au cours de laquelle il ne verra à aucun moment le Maître ou sa soumise…
Le bandeau servira également à l’anonymat du soumis dans la mesure où la suite de la soirée fera l’objet de photos et vidéo afin de conserver un souvenir de cette expérience…
Dès notre arrivée dans la chambre d’hôtel, le soumis sera menotté et à la merci de Madame et de son Maître.

Il sera dirigé vers le lit, placé à 4 pattes et se laissera masturber par Madame ou son Maître, sans savoir réellement « qui » s’occupe de lui mais avec interdiction formelle de jouir…
Il sera ensuite fouetté ou cravaché sans ménagement et sans doute aussi marqué à la cire de bougie, alternativement par la soumise et son Maître.
En récompense d’avoir su endurer les douleurs diverses qui lui auront été infligées, le soumis se fera prendre par la soumise, équipée d’un gode ceinture tout en offrant simultanément une fellation complète au Maître…
Au terme de cet épisode, le soumis sera peut-être – et selon la décision de la soumise à ce moment-là – autorisé à jouir, Madame étant seule à décider de quelle façon ce droit pourra être exécuté !
Madame et son Maître quitteront ensuite l’hôtel et le soumis sera alors autorisé à retirer le bandeau couvrant ses yeux, seulement après leur départ…
De retour chez lui, le soumis adressera un texte au Maître par mail afin de raconter en détail ses impressions et ressentis sur l’expérience vécue…

Le présent scénario n’évoque volontairement pas le déroulement détaillé de ces moments afin de laisser un peu de liberté et d’imaginaire mais le Maître espère que soient mêlés divers ingrédients amenant tous les participants à une excitation culminante… mais laissons un peu de place à l’imagination du moment et à la totale liberté que chacun(e) souhaitera se donner !... :-)


22/09/2015
5 Poster un commentaire

Promenons-nous dans les bois...

Pour cette séance, nul besoin d’effectuer une recherche au préalable, ni de prévoir une mise en scène particulière, celle-ci se déroulant néanmoins dans les bois, les seuls participants étant le Maître et sa soumise… 

Madame et son Maître vont se promener dans les bois. Arrivés dans un endroit choisi par le Maître, celui-ci impose à sa soumise de se dévêtir entièrement, ce qu’elle fait sans rechigner ni prononcer le moindre mot autre que « Oui Maître… »
Le Maître constatant que le sol est jonché d’épines et graviers, il donne également l’ordre à sa soumise de retirer ses chaussures et de rester pieds nus, jambes écartées, bras en l’air et mains derrière la tête, tandis qu’il place le bandeau sur les yeux de Madame qui doit alors rester immobile pendant que le Maître sort une corde de son sac.

Le Maître attache une extrémité de la corde au tronc d’un arbre puis la tend au maximum pour aller attacher l’autre extrémité à un autre arbre situé à quelques mètres du premier. La corde est tendue au maximum et placée à hauteur permettant juste de passer entre les lèvres intimes de la soumise et frotter sa vulve.
Le Maître sort des menottes de son sac et lie les poignets de Madame dans son dos. Madame étant désormais prête, elle reçoit l’ordre de commencer à marcher le long de la corde, le Maître lui conseillant de se déplacer sur la pointe des pieds afin que sa vulve ne soit pas trop irritée mais les graviers, aiguilles et épines recouvrant le sol ne rendent pas la chose aisée !...
Madame se doit d’effectuer plusieurs allers et retours de cette promenade le long de la corde, son Maître devant parfois la faire accélérer un peu en lui fouettant les fesses avec une branche fine ramassée sur place…

Au terme de la séance - au cours de laquelle le Maître prend soin de réaliser une vidéo et quelques photos que Madame ne verra qu’à leur retour à leur domicile – le Maître chuchote à l’oreille de Madame : « tu as été parfaite »…
Le Maître détache sa soumise, lui retire son masque et l’invite à se rhabiller et pour une fois à mettre une culotte qu’il sort de son sac et lui tend avec un sourire sadique. Alors que Madame se rhabille et avant qu’elle ne remette sa jupe, le Maître enfile des gants puis va cueillir quelques orties qu’il prend soin de glisser dans la culotte de sa soumise, lui ordonnant de les garder jusqu’à leur retour à leur domicile…

De retour à leur domicile, la soumise devra faire son rapport – comme après chaque séance – et y exposer ses ressentis et plaisirs. C’est seulement après cela qu’elle sera autorisée à voir la vidéo et les photos prises au cours de la séance… et qu’elle sera autorisée à retirer les orties de sa culotte…

 

A tout moment de la séance, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son « safeword »
et sans avoir à se justifier !


07/08/2015
3 Poster un commentaire

Retour en enfance...

Pour cette séance, nul besoin d’effectuer une recherche au préalable, ni de prévoir une mise en scène particulière, celle-ci se déroulant dans le cadre privé, les seuls participants étant le Maître et sa soumise…
Cette fois-ci, Madame va franchir un nouveau pas dans sa dépravation, son humiliation et son avilissement dans sa condition de petite femelle soumise. Elle ne sait bien entendu pas ce qui l’attend et ce que va lui infliger son Maître… mais avait reçu – quelques heures auparavant – l’ordre de boire beaucoup d’eau au fil de la journée avec interdiction formelle de se rendre aux toilettes…

Madame est entièrement nue, agenouillée sur son coussin, cuisses ouvertes et tête baissée. Après l’avoir contrainte à attacher ses cheveux en couettes, le Maître lui place son bandeau sur les yeux puis accroche sa laisse à l’anneau du collier de sa soumise. Le Maître intime à Madame l’ordre de se lever et d’écarter largement les pieds afin de positionner la barre d’écartement à ses chevilles, alors qu’elle se tient droite, dos légèrement cambré pour faire ressortir sa poitrine et bras en l’air, mains derrière la tête…
Le Maître se place derrière sa soumise, passe ses doigts entre ses cuisses et les enfonce soudainement dans son intimité afin de vérifier le niveau d’excitation de Madame. Il la fouille consciencieusement, veillant à ce qu’elle conserve sa position droite et légèrement cambrée, jusqu’à ce qu’il sente le plaisir monter en elle mais s’arrête brusquement, de ce fait avant qu’elle atteigne l’orgasme et interdisant à Madame toute parole et toute demande de la laisser jouir…
Madame, encore légèrement haletante,  entend alors son Maître chercher quelque chose dans son coffre à jouets, se demandant de quoi il s’agit et ce qu’il lui réserve encore, alors que celui-ci revient près de sa soumise, avec à la main… une couche culotte pour adulte incontinent !
Le Maître place la couche comme il se doit, la serrant bien pour éviter tout risque de fuite et ordonne à Madame de retourner vaquer à ses occupations habituelles, lui ordonnant de se retenir autant qu’elle pourra et de se laisser ensuite aller à uriner sur elle et dans sa couche, ce qu’elle devra ensuite avouer sans délai à son Maître.
Après s’être enfin totalement libérée dans sa couche, Madame remerciera son Maître de cette nouvelle humiliation en lui offrant une fellation complète. Madame s’applique alors à lécher, sucer et aspirer le membre tendu de son Maître entre ses lèvres, l’enfonçant parfois au fond de sa gorge jusqu’au moment où son orgasme se déverse dans sa bouche, le sperme tapissant son palais. Toujours maintenue par ses couettes, Madame sait que cette fois encore, elle sera contrainte d’avaler toute la semence de son Maître et le fait sans manifester la moindre marque de gêne ou de dégoût…

Pour que son avilissement soit total, Madame devra conserver sa couche jusqu’à son réveil le lendemain matin…

 

A tout moment de la séance, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son « safeword » et sans avoir à se justifier !


04/08/2015
2 Poster un commentaire

Nettoyage haute pression...

Pour cette séance, nul besoin d’effectuer une recherche au préalable, ni de prévoir une mise en scène particulière, celle-ci se déroulant dans le cadre privé, les seuls participants étant le Maître et sa soumise…
Une nouvelle fois, Madame va être confrontée à son extrême dépravation, humiliation et avilissement la conduisant toujours plus loin dans sa condition de chienne, sans qu’elle ne sache ce qui l’attend et ce que va lui infliger son Maître…
Le Maître fait attacher les cheveux de sa soumise puis pose son bandeau sur les yeux de celle-ci. Il lui retire tous les vêtements qu’elle porte au-dessus de la taille avant de la guider, seins nus, au travers du logement pour la conduire jusqu’aux toilettes. Il fait agenouiller Madame face à la cuvette des toilettes, d’une propreté bien sûr irréprochable… Embarrassé

Le Maître appuie légèrement sur la tête de sa soumise pour la contraindre à se pencher en avant et positionner sa tête au niveau de l’intérieur de la cuvette, le plus profondément possible, sans laisser aucune possibilité à Madame de se soustraire à ce qui va lui arriver…

D’un geste sec, le Maître retire le bandeau des yeux de sa soumise et avant que Madame n’ait le temps d’appréhender ou réaliser ce qui se passe, le Maître appuie sur le bouton de la chasse d’eau, inondant le visage de sa soumise d’un jet d’eau froide à haut débit afin de « nettoyer son âme » et la démaquiller de façon pour le moins expresse… Clin d'œil
Une fois le visage trempé, Madame se redresse et se place en position de prosternation pour embrasser les pieds de son Maître et ainsi le remercier de l’accompagner vers la plénitude de sa condition de soumise…

A tout moment de la séance, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son « safeword »
et sans avoir à se justifier !


20/12/2014
1 Poster un commentaire

Transformée en urinoir...

Pour cette séance, nul besoin d’effectuer une recherche au préalable, ni de prévoir une mise en scène particulière, celle-ci se déroulant dans le cadre privé, les seuls participants étant le Maître et sa soumise…
Cette fois-ci, Madame va franchir un nouveau pas dans sa dépravation, son humiliation et son avilissement dans sa condition de chienne. Elle ne sait bien entendu pas ce qui l’attend et ce que va lui infliger son Maître…
Madame est entièrement nue, agenouillée sur son coussin, cuisses ouvertes et tête baissée. Le Maître lui place son bandeau sur les yeux puis accroche sa laisse à l’anneau du collier de sa soumise. Le Maître intime à Madame l’ordre de se lever. Il se place derrière elle pour la guider vers une destination que lui seul connait.
Arrivés dans la salle de bains, le Maître aide sa soumise à s’asseoir sur la cuvette des toilettes, cuisses largement ouvertes. Il lui donne l’ordre de se laisser aller, dans la mesure où, au fil de la journée, Madame a dû beaucoup boire avec interdiction formelle d’aller uriner !
Madame sent les battements de son cœur s’accélérer et un sentiment de honte envahir son esprit car elle ne doute pas un instant que son Maître est probablement en train de filmer la scène mais malgré sa gêne, elle se laisse aller et sent le jet continu jaillir envie de son intimité, comme une délivrance…
Sa gêne se multiplie quand, ayant fini d’uriner, le Maître lui donne l’ordre de s’essuyer en lui interdisant toute utilisation de papier, uniquement avec ses doigts, qui lui ordonne ensuite de lécher, ce qu’elle exécute sa rechigner, se devant de toujours accepter sa condition de chienne…
Le Maître se déshabille puis aide ensuite sa soumise à se relever. Il lui place son harnais écarteur autour de la bouche, lui maintenant celle-ci largement ouverte puis lui fait mettre les bras dans le dos et lui attache les poignets avec une cordelette. Le Maître guide sa soumise jusqu’à la cabine de douche dans laquelle il la fait mettre à genoux à ses pieds. Madame est tremblante, ne sachant pas ce qu’elle va encore devoir endurer, ne sachant si son Maître est nu ou encore habillé, s’il est avec elle dans la cabine ou non. Elle redoute qu’il n’ouvre uniquement le robinet d’eau froide, la contraignant à une douche glacée ou au contraire, uniquement le robinet d’eau chaude. Soudain, Madame sent la main de son Maître lui attraper fermement les cheveux et lui renverser la tête en arrière et avant qu’elle n’ait eu le temps de réaliser ou s’interroger, elle reçoit sur le visage et sur les seins un jet puissant et chaud d’un liquide qu’elle n’aurait jamais osé imaginer se déverser sur elle !
Madame ne peut se soustraire à être transformée en urinoir, sa tête toujours tirée en arrière par son Maître et sa bouche toujours largement ouverte par l’écarteur. Elle sait qu’elle ne doit pas crier car cela lui vaudrait sans doute une punition encore pire et elle se résigne donc à avaler sa première douche dorée…

 

HarnaisGag02_Recadree.jpg


Après s’être totalement vidé dans la bouche et sur les seins de sa soumise, le Maître la libère de l’écarteur afin qu’elle puisse le remercier de son humiliation en lui offrant une fellation. Madame s’applique à faire durcir le membre de son Maître entre ses lèvres, puis le suce goulument, l’enfonçant parfois au fond de sa gorge jusqu’au moment où son orgasme se déverse dans sa bouche, le sperme tapissant son palais. Toujours maintenue par les cheveux, Madame sait que cette fois encore, elle sera contrainte d’avaler toute la semence de son Maître et le fait en essayant de ne pas laisser paraître le dégoût que cela lui procure…

 

A tout moment de la séance, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son « safeword »
et sans avoir à se justifier !


26/09/2014
2 Poster un commentaire

La soumise fouettée et enculée...

 

Pour cette séance, nul besoin d’effectuer de recherche ni mise en scène particulière, hormis la réservation d’une chambre d’hôtel,  les seuls participants étant le Maître et sa soumise…
Madame se rend seule à l’hôtel choisi par son Maître et prend possession de la chambre. Elle prévient son Maître de son arrivée et attend de recevoir un texto en retour, avec les instructions à respecter. A réception du texto, elle passe son collier à son cou puis se dévêtit entièrement et place le bandeau sur ses yeux. Elle s’installe en position d’attente et d’offrande sur le lit, à genoux avec les cuisses écartées et fesses bien relevées, les avant-bras reposant sur le lit, les mains jointes au-dessus de sa tête baissée. Elle ne sait pas combien de temps elle devra attendre dans cette position, pas plus qu’elle ne sait à quelle heure arrivera son Maître, ni s’il sera seul ou accompagné…
Enfin, elle entend la porte de la chambre s’ouvrir puis se refermer. Elle frémit à l’idée que ce puisse être un client de l’hôtel qui se trompe de chambre mais reste tête baissée, tout en sentant sa respiration s’accélérer dans un mélange d’excitation et de crainte…
Elle entend des bruits de vêtements qui tombent au sol puis le claquement cinglant du fouet sur le sol, celui-ci lui arrachant un sursaut qu’elle ne peut maîtriser. Elle sent 2 mains chaudes se poser sur ses fesses, les caressant doucement puis commençant à les malaxer plus fermement pour enfin les écarter  de façon très impudique. Le Maître passe sa langue autour de son anus qu’elle sent s’ouvrir doucement avant qu’il n’y crache dessus. Soudain, alors qu’elle ne s’y attendait plus, un premier coup de fouet vient lui rappeler sa condition de chienne soumise et totalement offerte, suivi par d’autres, de plus en plus rapprochés et cinglants. Madame serre les dents pour ne pas crier sa douleur car elle sait qu’elle n’a aucun droit de se plaindre et que cela ne ferait qu’attiser la colère de son Maître et que la punition n’en serait qu’augmentée !
Combien de coups a-t-elle reçus ? Elle n’en a aucune idée mais sent ses fesses lui brûler et imagine les marques laissées par le fouet. Malgré cela, elle sent aussi son intimité ouverte et ruisselante de cyprine, doux et inexplicable paradoxe entre douleur et plaisir…

Les mains de son Maître s’agrippent à nouveau à ses fesses puis glissent vers ses hanches. Le Maître la tient fermement et s’enfonce dans son vagin, entamant de lents va-et-vient qui font gémir et haleter Madame. Soudain, Madame sent un doigt s’enfoncer d’un coup sec dans son anus et commencer à tourner dans son ventre. Elle est terriblement excitée par cette scène surréaliste où elle se sent totalement abandonnée et offerte comme une simple chose, des éclairs traversant parfois son esprit en lui faisant se demander si c’est bien son Maître qui l’utilise ainsi ou s’il n’est que simple voyeur, peut-être en train de filmer la scène jouée avec un parfait inconnu !

Le membre raide de l’homme se retire et elle sent que l’on crache à nouveau sur son anus, ce qui la fait frémir davantage car elle se doute de ce qu’elle va désormais endurer…
Sans aucun ménagement ni autre préparation, le sexe tendu s’enfonce d’un coup sec entre ses fesses qu’elle sent fermement écartées par les mains de son partenaire. Madame ne peut retenir un petit cri, mélange de douleur et de surprise, aussitôt réprimé par une claque ferme sur ses fesses. Le Maître s’enfonce entièrement dans ses intestins, prend les cheveux de Madame dans sa main et tire fermement dessus pour la contraindre à ramener sa tête en arrière. Il la sodomise sauvagement et bestialement et enfin, se laisse aller à jouir en elle…
Le Maître replace la tête de Madame en position basse et se rhabille. Elle sait qu’elle n’a pas droit au moindre mot et qu’elle doit conserver la pose jusqu’au départ de son Maître et reste donc silencieuse…
Aucune parole n’a été échangée en Madame et son Maître depuis son arrivée !...

 

A tout moment de la séance, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son « safeword »
et sans avoir à se justifier !

GrosPlanLevrette01.jpg


26/09/2014
2 Poster un commentaire

Période de règles...

Pour cette séance, nul besoin d’effectuer une recherche au préalable, ni de prévoir une mise en scène particulière, celle-ci se déroulant dans le cadre privé, les seuls participants étant le Maître et sa soumise…

Ce jour-là, Madame a dû téléphoner à son Maître pour lui annoncer que ses règles avaient commencé, lui avouant – comme il l’avait demandé au préalable - que ses pertes les plus abondantes étaient en général sur les 2ème et 3ème jours de son cycle……
Le Maître prit alors le plus grand soin à préparer un nouveau défi pour sa soumise qu’il souhaitait placer à cette occasion dans une situation pour le moins inhabituelle d’inconfort et d’humiliation, lui permettant une nouvelle fois de bien montrer à Madame à quel point elle lui appartient et se doit d’accepter les moindres délires et fantasmes de son Maître…
Le soir venu, le Maître téléphone à sa soumise et d’une voix ferme et assurée, lui donne ses instructions pour la journée du lendemain et la suivante : Madame devra se vêtir en jupe et chemisier, le seul sous-vêtement lui étant accordé pour ces 2 jours étant un soutien-gorge ou un redresse-seins. Madame prend acte de ces directives et confirme à son Maître qu’elle a bien compris qu’elle ne devait pas porter de culotte…

Le Maître ajoute alors une nouvelle contrainte à sa soumise qui ne s’attendait pas à une telle exigence : son Maître lui intime en effet l’ordre de n’utiliser – sous quelque prétexte que ce soit – ni serviette hygiénique ni tampon pour les 2 jours à venir…

Le Maître précise enfin qu’aux 2 soirs à venir, Madame devra prendre une photo d’elle dès son retour du travail, cuisses largement ouvertes et montrant le plus nettement possible les traces de souillure de la journée et lui envoyer les photos par mail sans délai.

D’une voix légèrement tremblante, Madame répond qu’elle respectera et appliquera à la lettre les instructions que son Maître vient de lui donner, se demandant néanmoins en elle-même comment elle va pouvoir gérer telle situation…
Le Maître souhaite bonne soirée et bonne nuit à sa soumise et raccroche le téléphone, interdisant ainsi à Madame toute autre forme de remarque ou de question…
Le lendemain, après sa douche et avant de se rendre à son travail, Madame s’habille comme le lui a demandé son Maître et prend soin de glisser quelques mouchoirs en papiers dans son sac à main…

Au terme des 2 jours écoulés, Madame prend soin – comme elle en a l’obligation après chaque défi ou séance avec son Maître – de rédiger son rapport avec tous les détails de ses impressions et ressentis lors des 2 jours passés, étant pleinement consciente qu’elle risque une punition de forte ampleur si elle a échoué dans la réalisation de son défi…

Regles001.jpg
Regles002.jpg


31/08/2014
1 Poster un commentaire

En condition de chienne...

Pour cette séance, nul besoin d’effectuer une recherche au préalable, ni de prévoir une mise en scène particulière, celle-ci se déroulant dans le cadre privé, les seuls participants étant le Maître et sa soumise… Un repas – simple mais quelque peu différent pour l’un et l’autre – a été préparé. La table a été dressée avec une jolie nappe, de la belle vaisselle et de la verrerie appropriée, faisant légèrement penser à une table de fêtes de fin d’année. Les couverts ont été dressés face à face. La salle à manger est éclairée de lumière tamisée, la table également ornée de bougies. Madame se prépare pour la soirée, pour laquelle elle est pour une fois autorisée à porter une culotte. Sur instructions de son Maître, elle sera donc simplement vêtue d’un string ouvert à l’entrejambe et d’un redresse-seins et portera un tablier de cuisine pour terminer la préparation du repas et en faire le service. Une fois ainsi apprêtée, Madame rejoint son Maître, assis dans le canapé au salon, et s’installe à genoux à ses pieds. Le Maître place le collier autour du cou de sa soumise, puis lui sert une coupe de Champagne. Le Maître passe le crochet de sa laisse à l’anneau du collier de Madame, en ayant pris soin au préalable de faire passer la poignée de la laisse sous le pieds de la table du salon. Le Maître se lève, se dirige vers la cuisine sans un mot. Madame entend le bruit d’un robot mécanique venant de la cuisine mais ne peut voir ce que son Maître est en train de faire. Le Maître revient, pose un bandeau noir sur les yeux de sa soumise et lui passe les menottes autour des poignets, lui immobilisant les bras dans le dos, intimant l’ordre à sa soumise de rester à genoux jusqu’à ce qu’il l’autorise à se relever… peut-être en fin de soirée… Le Maître termine son Champagne et offre une dernière gorgée à sa soumise. Il lui retire son tablier, se lève et l’invite à se déplacer – tout en restant à genoux et tirée par sa laisse – vers un coin de la salle à manger, près de la table. La soumise reste immobile, ne sachant ce qui se prépare alors que son Maître s’affaire à dresser son assiette, qu’il pose sur la table. Une seule assiette… car Madame devra, pour sa part, manger dans une gamelle pour chien posée sur le sol et dans laquelle son Maître lui a servi la même préparation, mixée étant donné que la soumise ne peut utiliser de couverts et a les mains attachées dans le dos… Le Maître s’installe à table, souhaite bon appétit à sa soumise et commence à manger, appréciant tout autant les mets et le bon vin destiné à accompagner la préparation, que de voir sa soumise réduite à l’état de chienne et essayer de manger de son mieux sans se salir, ce qui lui vaudrait sans toute une punition…

doggy_redim.jpg

Le Maître termine son repas et tire sur la laisse pour intimer à sa soumise de se rapprocher de lui. Suivant les mouvements de la laisse, Madame comprend qu’elle doit passer sous la nappe et sous la table. Elle se place entre les jambes de son Maître, celui-ci la saisissant par les cheveux pour guider sa bouche vers son sexe tendu qu’il vient de sortir de son pantalon. Madame s’applique à offrir une fellation de haute classe à son Maître, tel qu’elle sait qu’il apprécie, le laissant se vider au fond de sa gorge sans broncher… Le Maître sert un bol d’eau sa « chose » puis s’occupe de débarrasser la table, pendant qu’elle lape le breuvage du bout de sa langue. Enfin, le Maître informe sa soumise de l’heure tardive et qu’il est temps d’aller se coucher. Il reprend la poignée de la laisse et traîne la chienne jusqu’à la chambre. Pour cette nuit, le Maître sera seul dans le lit, un panier pour chien étant placé au pied du lit pour sa soumise… Le Maître éteint la lumière, plongeant la chambre dans un noir total. Il consent à retirer le bandeau des yeux de sa soumise mais lui laisse ses menottes puis lui souhaite bonne nuit. Madame le remercie, plus aucun autre mot de sera échangé……

A tout moment de la séance, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son « safeword » et sans avoir à se justifier !


10/07/2014
9 Poster un commentaire

Vos commentaires (5)

Vos commentaires ici...


10/07/2014
7 Poster un commentaire

Vos commentaires (4)

Vos commentaires ici...


10/07/2014
7 Poster un commentaire

Offerte en pâture et trio !

La recherche : Le Maître cherche un homme (bi, ou curieux de vivre une expérience de réel mélange à 3) répondant à des critères strictement définis. Il devra être âgé de 20 à 40 ans, de préférence peu expérimenté en matière de trio mais de bon niveau social, sans barbe ni moustache et au torse imberbe, acceptant de suivre le scénario de la soirée qui lui aura été proposé lors d’échanges par mail avec le Maître…

A tout moment de la soirée, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son « safeword » et sans avoir à se justifier !

Scénario de la soirée :
1ère partie : Le restaurant… Madame et son Maître auront rendez-vous sur le parking d’un hôtel où notre complice du soir aura réservé une chambre et où il laissera son véhicule pendant que nous irons dîner tous les 3 dans un restaurant de grillades offrant la possibilité d’être installés dans un box individuel favorisant l’intimité de discussion que nous aurons sans doute au cours du repas pour faire connaissance… Nous irons au restaurant avec notre propre véhicule, dans lequel notre complice sera installé seul à l’arrière. Arrivés sur place, il s’assiéra aux côtés de Madame, alors que le Maître s’installera face à eux 2. Madame sera vêtue de manière sexy mais non provocante, sans doute en jupe masquant des bas et porte- jarretelles et portera également un œuf vibrant à télécommande que le Maître déclenchera à son bon vouloir au fil du repas, du moins jusqu’à la fin du plat principal. Avant le dessert, Madame se rendra aux toilettes où elle en profitera pour retirer son œuf ainsi que sa culotte qu’elle remettra à notre complice à son retour. Il la rendra au Maître au moment de retourner à la voiture… Pendant toute la durée du repas, notre complice aura toute liberté de caresser les cuisses de Madame ou même partir à la rencontre de son intimité, en se retenant toutefois de la pénétrer de ses doigts et il se gardera également de toute « messe basse » et de tout baiser sur la bouche avec Madame… Préalablement au départ du restaurant, nous conviendrons de la suite à donner, à savoir raccompagner notre complice à l’hôtel et se séparer ou poursuivre la soirée ensemble… Nous quitterons alors le restaurant ensemble pour rejoindre notre véhicule et selon la décision prise, notre complice sera peut-être cette fois à l’arrière en compagnie de Madame, qui aura alors tout loisir à ce moment là de faire ce qu’elle veut, qu’il s’agisse de se laisser caresser, de masturber ou sucer notre complice… ou ne rien faire !

2ème partie : L’hôtel… Dès notre arrivée dans la chambre d’hôtel, notre complice se laissera bander les yeux par un foulard ou masque que lui placera Madame dans la mesure où la suite de la soirée fera l’objet de photos et vidéo afin de conserver un souvenir de cette expérience… Le bandeau servira donc à l’anonymat de notre complice, tout autant qu’au mystère et l’excitation entourant le déroulement de la suite de la soirée… au cours de laquelle il sera également menotté et à la merci de Madame et du Maître… A partir de cet instant, nous ferons en sorte que notre complice ne sache plus « qui » s’occupe de lui et commence à vous dévêtir : Est-ce Madame ou son Maître qui vous déshabille ? A qui sont ces doigts qui effleurent son torse et saisit son membre déjà gonflé d’excitation ? Madame est-elle encore habillée, juste vêtue de ses dessous ou déjà entièrement nue ? Pendant que l’un(e) part à la découverte du corps de notre complice, que fait donc l’autre ? Après ce moment riche en interrogations, nous guiderons notre complice vers un fauteuil ou vers le lit sur lequel nous l’aiderons à s’installer confortablement assis. Le Maître s’occupera alors un peu de Madame, notre complice ne pouvant alors qu’entendre son souffle s’accélérer et ses gémissements, témoignant de son excitation et de son plaisir… Après quelques minutes de ce traitement, nous reviendrons nous occuper de notre complice, toujours sans qu’il ne sache exactement « qui » le masturbe et « qui » le prend enfin en bouche… A partir de ce moment là, il est fort probable que diverses positions soient enchaînées, sans pouvoir vraiment en prévoir l’ordre à l’avance mais offrant nécessairement de nombreuses possibilités de réel mélange à 3. C’est ainsi que notre complice aura très certainement l’occasion de longuement lécher Madame et sucer son Maître, ainsi qu’être masturbé ou sucé, aussi bien par elle que par lui…. Cette soirée dans la chambre s’achèvera par une éjaculation du Maître et de notre complice sur les seins de Madame qui sera ensuite la 1ère à se rendre sous la douche… Notre complice sera le dernier à se rendre sous la douche alors que Madame et son Maître s’éclipseront de l’hôtel à ce moment là…


10/07/2014
3 Poster un commentaire

Expérience saphique...

La recherche :

Le Maître cherche une femme bi ou lesbienne pour réaliser un de ses propres fantasmes, consistant à offrir sa soumise à une femme, tout en restant lui-même uniquement voyeur
et ne participant pas à l’expérience…

Notre complice du jour répondra à des critères strictement définis : elle sera âgée de 30 à 45 ans, très féminine et de préférence expérimentée en matière de câlins entre femmes
et de bon niveau social, acceptant de suivre le scénario de la soirée qui lui aura été proposé lors d’échanges par mail avec le Maître…

A tout moment de la soirée, Madame sera seule apte à décider de poursuivre celle-ci ou d’y mettre un terme, par simple utilisation de son "safeword" et sans avoir à se justifier !

Scénario de la soirée :
1ère partie : L’arrivée de notre complice…
Nous aurons rendez-vous sur le parking d’un hôtel où j’aurai réservé une chambre. J’accueillerai seul notre complice d’un soir et l’accompagnerai à la chambre où attendra Madame. En entrant dans la chambre, ma complice découvrira Madame déjà entièrement nue et offerte, attachée au lit et les yeux bandés dans la mesure où à aucun moment elle ne verra à qui elle est offerte… A partir de ce moment, le Maître ne parlera plus et s’installera dans un fauteuil afin d’observer les scènes, ne gardant qu’un rôle de simple voyeur et se limitant à prendre des photos de celles-ci et peut-être réaliser une vidéo de la séance, selon l’accord passé au préalable avec sa complice, ceci afin de conserver un souvenir de cette expérience…

2ème partie : Déroulement de la soirée…
En découvrant Madame nue sur le lit, ma complice s’apercevra qu’elle porte des boules de geisha ou un œuf vibrant et sera libre de les lui laisser ou de les retirer, au moment de son choix. Elle sera également libre de tous ses actes, son propre déshabillage étant inclus ou non, son but étant de conduire Madame au plaisir de la façon qu’elle choisira tout en sachant que de son côté, Madame n’offrira aucune caresse, qu’elle soit manuelle ou buccale, puisqu'elle sera attachée et rendue muette par un ballgag…
Le Maître aura prit soin de mettre à disposition de sa complice plusieurs types de jouets (godes et vibros divers) que celle-ci pourra utiliser à sa guise pour des pénétrations vaginales et/ou anales, ainsi qu’un gode ceinture au cas où elle en aurait l’utilité…
Toutefois, le Maître aimerait que Madame connaisse au préalable un orgasme donné par de simples caresses, prodiguées par les doigts ou la langue de sa complice…

Le présent scénario n’évoque volontairement pas le déroulement détaillé de ces moments afin de laisser un peu de liberté et d’imaginaire mais le Maître espère que soient mêlés volupté, tendresse et caresses amenant tous les participants à une excitation culminante… mais laissons un peu de place à l’imagination du moment et à la totale liberté que chacun(e) souhaitera se donner !... :-)


10/07/2014
2 Poster un commentaire

Menottée

 

Menottes002.jpg


06/07/2014
4 Poster un commentaire