Domination, Soumission et Plaisirs

Domination, Soumission et Plaisirs

L'anniversaire de mon Maître...

Suite des aventures imaginaires de Bou...

 

Aujourd'hui, c'est mon jour préféré de l'année… c'est l'anniversaire de mon Maître !

C'est le seul jour de l'année où il m'autorise, si je le veux, à prendre « le contrôle » !

« No limit » comme il dit en rigolant… « tu as carte blanche cette année Chérie ».

Jusqu'à présent, j'étais beaucoup trop timide pour oser préparer quoi que ce soit. Mais cette année, je fourmille d'idées…

Déjà, je me suis faite tatouer un petit message, il y a 3 semaines de cela et même si je sais qu'il n'est pas fan de tatouage… mais celui-ci devrait lui plaire, très discret et le message n'est adressé qu'à lui…

 

Mais pour l'instant, je suis sur le quai de la gare et j'attends que son train arrive. Qu'Il arrive !...
Le contrôleur annonce son arrivée et je suis toute excitée de retrouver mon Maître…
Le train s'arrête, les portes s'ouvrent et les premiers voyageurs se précipitent sur le quai…. Maître n'est pas là…
Le flot des voyageurs commence à s'estomper et Maître descend enfin, nonchalamment et en dernier…
Il a beau me laisser croire que je suis la Reine (Sa Reine ?...) pour la journée, c'est quand même Lui qui garde virtuellement la laisse attachée à mon collier !...

 

Je l'accueille comme à l'accoutumée en m'agenouillant et en lui embrassant la main.

« Bonjour Maître. Avez-vous fait bon voyage ?

- Très bien je te remercie. Et toi, comment vas-tu ?

- Oh, merveilleusement bien ! Je suis tellement contente que vous soyez là. Voulez-vous passer à la maison pour vous rafraichir ?

- Non, c'est gentil, cela ira. J'attends avec impatience de voir ce que tu m'as concocté pour aujourd'hui… »

Je suis tout à coup intimidée, je rougis. Il m'a une fois de plus déstabilisée…

« Besoin d'un petit coup de main, peut-être ? » me demande-t-il innocemment, l'œil pétillant et un sourire en coin.

Non, non, non, non et non ! Il ne gagnera pas ! C'est MA journée ! Enfin, SA journée... mais ça, il ne le sait pas encore. Et puisqu'il ADOREEEEE jouer avec ma patience, alors, jouons…

Changement de programme.

Je le prends par la main, direction la voiture…

Au vu de l'heure qu'il est, il doit bien y avoir un film qui va commencer au cinéma ! Cela n'était pas du tout prévu, d’autant qu’il fait un soleil magnifique, mais tant pis… il ne fallait pas me chercher !
A moi maintenant de le déstabiliser…

Je me gare sur le parking et hop… arrivés au guichet, j'achète 2 places pour le prochain film qui commence dans 2 minutes.

« Dépêchez-vous », les publicités ont déjà commencé, le film ne va pas tarder… il serait dommage de rater le début de "Radin!"… cette comédie est tellement hilarante, vous verrez… » nous dit la caissière.

Je la remercie vivement et prenant la main de Maître, je l'entraîne rapidement vers la salle.

Nous entrons bien entendu dans le noir, mais comme nous l'a signalé la caissière, ce sont les publicités. Nous ne dérangeons donc pas les 4 couples qui se trouvent déjà dans la salle, en nous faufilant vers les premières rangées.

Enfin installés, Maître sort de son mutisme. Il est étonné, ne comprend pas très bien ce que nous faisons un samedi après-midi au cinéma au lieu de profiter du soleil.....

Le film commence et je n'ai pas le temps de lui répondre autre chose que « Chut, détendez-vous et profitez du film… »
Croyez le ou non, mais au fur et à mesure que les minutes passent, Maître se détend et se laisse complètement emporter par la comédie et l'humour potache joué par Dany Boon. Il rit !!!
C'est tellement rare de l'entendre rire, je veux dire, vraiment rire en toute décontraction... Sourire, souvent, mais rire........

J'aime tellement quand Maître est dans cet état… il rayonne !...

C'est donc à ce moment-là que je décide une fois encore de le surprendre... en me penchant pour l'embrasser dans le cou en même temps que ma main baladeuse se glisse sur son jean, au niveau de son entre-jambe alors que son rire s'arrête et que sa queue commence à prendre de l'ampleur, son regard restant fixé sur l'écran... Il attend...
Je continue de la caresser et avant de réfléchir à l'endroit où nous nous trouvons et à changer d'avis, je défais les boutons de son jean, sors sa queue et me mets à le sucer…

Hummmm, miam-miam ! Ce n'est pas aussi pratique qu'à la maison mais je m'en sors relativement bien puisque Maître se met soudainement à gémir en commençant à donner des coups de reins..
Je le lèche sur toute la longueur en le masturbant pour le calmer doucement (il y a quand même du monde derrière…), mais au contraire, cela doit l'exciter encore plus, puisque tout à coup, il m'immobilise la tête avec ses 2 mains et se met à donner des coups de boutoir de plus en plus fort, de plus en plus vite…

« Je ne peux plus tenir » chuchote-t-il, « je vais décharger ! Ahhh ! Putain, c'est bon, suce plus fort. Oui, comme ça……hummm, ça vient. Avale tout !... »

Et comme une bonne soumise, j'obéis… car à ce moment précis, ce n'est plus moi qui suis "Maître" de la situation !...

(A suivre…)

Part 2 :

 

Maître se relâche d'un coup après avoir éjaculé tout au fond de ma gorge. Il a bien failli m'étouffer, mais j'ai quand même réussi à tout avaler sans en mettre partout !!!...
Il a l'air tout content de lui… Il ouvre les yeux, regarde l'écran, rit à une blague et descend le regard vers moi…

« Viens là » me dit-il en me redressant pour m'embrasser langoureusement.

« Hummm... mon odeur te va très bien, tu sais, et en plus tu as très bon goût. Merci !!! Maintenant, finissons de regarder le film, veux-tu ?... »

J'acquiesce en me blottissant tout contre lui, lui prend la main et lui caresse l'intérieur du poignet pendant le reste du film…

 

A la sortie du cinéma, nous choisissons d'aller enfin profiter du soleil en nous baladant pieds nus le long de la plage.
La saison estivale n'étant pas encore commencée, il n'y a pas grand monde et c'est tant mieux… nous avons l'impression d'être seuls au monde et c’est génial !

Mais la journée n'est pas encore finie. J'espère que la soirée plaira à Maître !!!...

Il commence à se faire tard et je signale donc à Maître qu'il est temps d'aller au restaurant où j'ai réservé pour 20 heures…

Je sais que Maître aime bien la bonne cuisine et j'ai donc réservé dans un petit restaurant très sélect sur le port…
Avec le soleil déclinant, la vue est magnifique !...
Je laisse le soin à Maître de choisir ce qu'il désire pour nous deux et pendant tout le repas, nous parlons à bâtons rompus… de tout et de rien…
J'arrive encore à le déstabiliser au moment du dessert en glissant subrepticement mon pied nu le long de son mollet gauche en remontant tout doucement avec le dessus de mon pied, de plus en plus haut vers son entrejambe… jusqu'à sentir son érection par une toute petite caresse du bout des orteils…

La fourchette de Maître s'est arrêtée à quelques centimètres de sa bouche attendant la suite… me fixant intensément, mis ayant repris tout à coup son sérieux !...
Avec l'innocence même, je ramène ma jambe, comme si de rien n'était sous ma chaise, un petit sourire au coin des lèvres…

Le regard de Maître s'enflamme. Je vois bien qu'il fait de gros efforts pour ne pas prendre le contrôle et je dois avouer que j'adore cela…

 

Nous finissons tranquillement nos desserts, Maître ne me quittant toujours pas des yeux… j’adore !...

Je demande l'addition et Maître insiste pour régler la note, mais il n'en est pas question. C'est MA journée et c'est MOI qui décide… pour une fois !!!...

« Vivement demain ! » me dit-il… « Tu ne perds rien pour attendre quand le Maître sera de retour !

- Mais oui, mais oui ! Je n'attends que cela ! Lâchez prise pour aujourd'hui, je ne suis là que pour VOTRE plaisir, Maître... »
Il est grognon, mais cela va lui passer quand il jouira de sa dernière surprise…

 

Nous rejoignons la voiture et prenons la direction de la maison afin de pouvoir nous rafraichir et nous changer.

Je le laisse dans le salon en lui disant de "faire comme chez lui car je file sous la douche".

Je reviens un petit quart d'heure plus tard, toute pimpante, fraiche et changée, nue sous unr robe longue échancrée jusqu'à mi-cuisses avec une cravate de Maître autour du cou…

Maître aussi s'est changé : il a passé un pantalon de costume noir, une chemise blanche déboutonnée au col... qu'est-ce qu'il peut être sexy comme cela !

Il doit aussi me trouver à son goût, car la flamme, qui était apparue dans ses yeux au moment du dessert au restaurant  est de retour…

« Jolie cravate », me dit-il en souriant… « Si je comprends bien, nous sortons ce soir ?

- Oui Maître. J'ai encore un ou deux petits cadeaux pour vous.

- Alors, allons-y. Surprend moi…… encore une fois… »

(A suivre…)

 

Part 3 :

 

Bou-Manuscrit.jpg

« Oh, je n'en doute pas Maître »

Mais au fur et à mesure que nous avalons les kilomètres, la confiance que j'ai ressentie toute la journée, commence à s'étioler. Plus nous approchons de notre destination, plus ma nervosité s'intensifie. Maître a dû s'en apercevoir car il prend ma main droite pour la placer sur sa cuisse.

Concentrée sur ma conduite, je tressaille quand il la fait remonter entre ses jambes. C'est alors que je sens sa queue se soulever sous mes doigts à travers l'étoffe de son pantalon. Tout mon corps se contracte sous l'effet du désir qui m'embrase instantanément, me faisant oublier mon stress.

Nos regards se croisent très brièvement, mais suffisamment pour que je remarque l'éclat incandescent des yeux bleus de Maître.

« Détends toi, quoi que tu aies prévu, tout va bien se passer. J'en suis certain. Tu as été parfaite jusqu'à présent ».


Deux minutes plus tard, je gare la voiture sur le parking d'un établissement à l'enseigne évocatrice "Le Bouton de Rose épanoui"…

Maître est sans aucun doute, surpris. Très agréablement surpris même.

« Est-ce bien le genre de club auquel je pense ? » me demande-t-il avec un brin d'excitation dans la voix.

J'acquiesce d'un hochement de tête. Jusqu'à présent, j'ai toujours eu peur de franchir le seuil d'un club libertin et Maître le sait. C'est une limite que je n'ai pas encore pu franchir. Mais ce soir, pour le plaisir de Maître, j'y suis prête.

 

Maître reprend immédiatement son rôle de Dominant, il est dans son élément. Il descend de voiture, la contourne pour venir m'ouvrir la porte et me prend par la main pour me guider dans le club. Passée la porte d'entrée, je suis tellement subjuguée par l'ambiance qui se dégage du lieu que je ne remarque pas que Maître s'est occupé de tout, jusqu'à ce que nous soyons confortablement assis sur une banquette autour d'une table basse.

Voilà, on y est ! Je m'imprègne du lieu : sa décoration assez classe, des lumières tamisées, de la musique bien présente mais pas trop forte pour que nous puissions avoir une conversation sans crier, des personnes présentes ce soir, en majorité des hommes.

Pendant tout le temps qu'a duré mon exploration visuelle, Maître ne m'a pas quitté des yeux une seule fois, m'ayant pris par l'épaule pour me rapprocher de lui, observant la moindre de mes expressions jusqu'à me sentir totalement détendue dans ses bras.

« Tu veux bien aller nous chercher à boire, s'il te plait ? J'ai soif.

- Oh oui, bien sûr, Maître, pardonnez-moi. J'aurais dû vous le proposer dès que nous sommes arrivés. J'y vais tout de suite. »

 

Je me dirige donc, assez timidement vers le bar pour commander un verre de Champagne pour Maître et un cocktail de jus de fruits pour moi. Le serveur est très sympathique. Il me met tout de suite à l'aise en me racontant quelques blagues et anecdotes, ayant supputé que c'est une première fois pour moi. Nous bavardons un petit moment, puis après l'avoir remercié, je retourne auprès de Maître avec nos verres.

Il n'est plus tout seul. Un homme assez élégant est tranquillement assis en train de discuter avec lui. A mon approche, ils cessent immédiatement et Maître me fait signe de m'assoir entre eux deux, après que j'eusse déposé les verres sur la table.

« Leannan, je te présente Clovis. Il aimerait beaucoup faire connaissance avec nous ce soir, si tu le désires.

- Bonjour Monsieur », répondis-je doucement en me tournant sur ma gauche pour le saluer.

Il me répond par un sourire chaleureux et je retourne sur la droite pour regarder Maître. Je cherche son approbation dans son regard et décelant cette fameuse petite lueur espiègle, je lui souris humblement en baissant les yeux et la tête d'un petit signe discret.

Maître tend la main, m'attrape par la cravate (que j'ai toujours autour du cou) et m'attire sur ses genoux. Je me retrouve d'un seul mouvement assise sur lui à califourchon, les cuisses écartées, les genoux de chaque côté de ses hanches.

Il me regarde intensément, entoure mon cou de ses grandes mains, ces pouces me caressant les joues et approche tout doucement mes lèvres des siennes pour un baiser d'une tendresse et d'une passion infinie.

Si je pouvais encore avoir des doutes, ceux-ci se sont volatilisés dès l'instant où nos bouches se sont touchées. Les contours du club où nous nous trouvons s'effacent peu à peu pour nous laisser seuls dans une bulle, bercés par la musique.

Je suis parfaitement détendue et alanguie dans les bras de Maître. Je sens son érection gonfler et venir s'appuyer tout naturellement sur ma chatte. Je mouille.... Mon clitoris commence à m'envoyer de minuscules petites décharges dans le bas ventre et instinctivement mon bassin entame de lents va-et-vient sur lui.

Maître approfondit notre baiser et je sens des mains, autres que celles de Maître se glisser sur et vers l'intérieur de mes cuisses, ainsi qu'un corps se presser dans mon dos. J'ouvre et écarquille les yeux, surprise. Maître, n'ayant quant à lui pas réagi, je suppose que c'est Clovis, à qui il a donné l'autorisation de se joindre à nous.

Les mains de Clovis se rapprochent de plus en plus sous ma robe vers ma chatte toute trempée. Sa main droite atteint son but et commence à me caresser de la paume. C'est le moment que choisi Maître pour mettre fin à notre baiser, juste pour me regarder.

Il a senti les changements qui s'opéraient en moi (seins tendus, chair de poule sur les bras, contraction de mes cuisses autour des siennes, dos qui se cambre, pression plus soutenue de ma chatte sur sa queue...) et il ne veut rien manquer des émotions qui se lisent sur mon visage.

Le moment est tellement intense que Clovis a à peine effleuré mon clitoris et plongé son index dans ma chatte que je décolle pour jouir bruyamment, alors que les mains de Maître malaxent mes seins…

(A suivre…)

 

Part 4 :

J'ai du mal à reprendre mon souffle. Les yeux toujours fermés, je sens que des bras musclés me soulèvent. Je ne reconnais pas l'odeur du mâle qui m'emporte, mais Maître n'ayant rien dit, il doit assurément nous suivre. Je sais qu'il aime prêter sa femelle, mais uniquement s'il est présent. Je ne risque donc rien…


J'ouvre les yeux quand je sens le poids d'un matelas dans mon dos. C'est bien Clovis qui se tient devant moi, Maître étant en train de fermer la porte derrière lui.

Nous sommes dans une petite pièce feutrée, isolés du reste du club. Un jour, Maître m'avait expliqué qu'une fois la porte fermée, personne ne pouvait entrer sans le consentement des partenaires. Je me sens donc rassurée.

Après avoir enlevé sa chemise, ses chaussures et ses chaussettes, Clovis s'agenouille sur le lit et approche lentement d'une démarche féline ne me quittant pas des yeux. Je dois avouer que Maître l'a bien choisi. Il est vraiment sexy et craquant.

Arrivé devant moi, il se redresse et soulève doucement ma robe pour la faire passer au-dessus de ma tête, ne me laissant que la cravate… symbole, ce soir et d'appartenance à mon Maître.

 

Je suis maintenant entièrement nue, exposée, la cravate tombant dans mon dos, assise les bras tendus en arrière, les mains posées à plat sur le lit, les jambes écartées allongées devant moi.

« Leannan ? »

Maître s'est approché, sans que je m'en aperçoive, tellement absorbée par le regard de Clovis.

« Oui Maître ?

- Pourrais-tu me dire ce que c'est ? »

Maître pointe du doigt le côté droit de mon corps, entre le flanc et les côtes…

Il vient de remarquer la petite phrase tatouée que j'ai faite faire à son attention.

      Je suis Vôtre, …Maître


« C'est un petit cadeau pour votre anniversaire, Maître. Je sais que vous n'êtes pas très adepte des tatouages, mais je voulais avoir votre marque indélébile d'appartenance sur mon corps.

- Merci beaucoup Leannan, il est magnifique. Tu m'honores » chuchote-t-il avec l’air ému.
« Je suis fier de t'avoir pour soumise. »

 

Et avec beaucoup de respect, il passe la chair tendre de son pouce sur ma marque. Tendrement, de gauche à droite et de droite à gauche. Puis sa main prend la direction du sud de mon corps pour stopper sur mon mont de vénus.

« Tu es encore toute moite de désir. Pour moi et pour notre invité de ce soir… »

A ces mots et au regard enfiévré de Maître, mon dos se cambre, ma tête se renverse, mes yeux se ferment et le nom de Maître franchit mes lèvres.

Je suis ouverte, dans l'attente de la suite, jusqu'à ce que je sente des cheveux chatouiller ma peau : sur mon ventre, puis sur la face interne de mes cuisses. Une profonde inspiration résonne dans la pièce.

« Maître ?

- Chut, savoure. C'est à mon tour de t'offrir ce cadeau. »

Et en guise de réponse, je sens une langue glisser le long de ma fente et des mains puissantes envelopper mes fesses et les attirer contre une bouche pour mieux me pénétrer… mais ce ne sont pas celles de mon Maître, celui-ci s'étant assis au niveau de ma tête pour me bander les yeux avec la cravate et m'emprisonner les poignets d'une de ses mains.

 

Je ne peux pas jouir à nouveau. Pas après l'orgasme fulgurant dont Clovis vient de me régaler dans la salle commune…

J'ouvre la bouche pour le lui dire, mais avant d'avoir pu articuler une seule syllabe, l'habileté de sa langue à me déguster me fait vibrer... et je me laisse à gémir…
Les replis de ma chair étant encore hypersensibles, il concentre ses délicieuses caresses sur la perle de chair de mon clitoris.

Si j'ai cru devenir folle de désir lors de mon premier orgasme, la sensation qui m'envahit présentement est indescriptible. Mes sens se sont encore décuplés. Je sens l'odeur de Maître, le bruit de sa respiration, la chaleur de sa main sur mes poignets. Puis un corps qui remonte lentement, se frottant sur le mien, une queue qui se présente à l'orée de mon intimité pour m'envahir d'une brusque poussée. Le corps de Maître qui se déplace (tout en continuant à me tenir les bras au-dessus de la tête) pour venir me chevaucher au niveau des seins et pousser sa queue dans ma bouche, que je me mets à sucer avec avidité.

Je suis comblée de partout, l'assaut de mes sens est tel que le temps semble s'arrêter. Je ne saurais dire combien de temps dura les allers-retours de cette queue dans ma chatte, ni la fellation administré à Maître, mais je jouis la première… me mettant à trembler de tous mes membres, ce qui déclenche l'éjaculation de Maître dans ma bouche, suivi de près par Clovis, dans un grondement guttural.

 

Nous mîmes un moment avant de pouvoir calmer nos respirations tous les trois.

Et soudain, je sens un baiser sur ma cuisse, suivi d'un « merci » murmuré… et quand Maître décide de m'ôter la cravate, je peux constater que nous sommes à nouveau seuls…

Maître me prend alors dans ses bras et avant qu'il ne prononce un mot, je lui lance d'une voix repus et ensommeillée :

« Joyeux Anniversaire Maître ! »

 

 

C'est désormais à vous de poursuivre cette histoire...
selon vos propres désirs, fantasmes, visions des choses et autres attentes...

Vos commentaires sont donc les bienvenus...  Rigolant

 



20/10/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres