Domination, Soumission et Plaisirs

Domination, Soumission et Plaisirs

Pensées sombres et idées noires...

Après de nombreuses semaines sans nouvelles,
J’ai enfin eu le bonheur d’avoir un appel,
Apaisant quelque peu mes craintes et mes peurs,
Désormais rassuré, je peux calmer mes pleurs…

  

Sans doute nul besoin de la nommer ici,
Elle se reconnaîtra, vous l’aurez compris,
Pour la vie très proches, nous resterons amis,
Par nos souvenirs et non par l’amour détruit…

 

Un coup blanc, un coup noir, mais toujours instable,
Retournant auprès d’un compagnon pas fiable,
Je la comprends, perdue dans ses peines de cœur,
Malgré mon sourire, j’en ressens la rancœur…

 

Déjà une fois trompée, elle a pardonné,
Pour mes sentiments que je n’avais su montrer,
Du moins à ses yeux, elle ne l’avait pas fait,
Ainsi va la vie mais j’en suis parfois blessé…

 

D’aspect douteux, vulgaire, qui n’est qu’un avis,
Comme ell’ a dit, je la laisse refaire sa vie
Qui a déjà trompé, un jour retrompera,
J’espère que jamais elle ne regrettera…

  

D’un acte terrible, je ne peux l’accuser,
Barbarie inqualifiable à en juger,
Quoi qu’il en soit, j’espère en moi me tromper,
Que l’adorable chaton soit vraiment tombé…

 

WP_20150725_009_Web.jpg

 

Espérant de ses nouvelles de temps en temps,
Malgré la jalousie d’un mec l’emprisonnant,
Soumise ingérable, elle a bien changé,
Je n’osais pas ainsi la voir évoluer…

 

Possessif, il continue à la diriger,
Par jalousie, l’étouffer et la contrôler,
Certes, en club, à d’autres je l’aurais prêtée,
Pour des plaisirs que seul, je ne pouvais donner…

 

Elle sait qu’elle peut compter sur mon amitié,
Que je serai là pour si besoin l’assister,
Souhaitant son bonheur, comme j’ai toujours dit,
Et pas seulement d’avoir quelqu’un dans son lit…

 

Chasser ses vieux démons, oublier le passé,
Facile à dire, plus qu’à réaliser,
Saurais-je un jour, à nouveau quelqu’un aimer ?
Bientôt, ou peut-être plus longtemps, je ne sais…

 

L’écriture permet parfois de s’évader,
En attendant de trouver un lieu où aller,
Sur le papier d’un arbre pour coucher des mots,
Sans chercher une corde pour calmer ses maux…

 

Nul ne sait si je retrouverai le sourire,
Un jour peut-être… c’est pas à moi de le dire,
Tel le phœnix, je renaîtrai de mes cendres,
A moins qu’avant, je ne sois réduit en cendres…

 



13/04/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres